MARCHE DU HANS TRAPP
VERS LE CHATEAU
DU BERWARTSTEIN
Le mois de décembre touche à sa fin, ce mois peuplé de longues nuits obscures et dangereuses. Vaincu par la lumière, survenue en la personne du Christkindel, le Hans Trapp se résigne à signer sa défaite. Il est refoulé vers sa forteresse, le château de Berwartstein, par les habitants de Wissembourg.
A cette occasion, nous avons participé à la randonnée transfrontalière « La marche du Hans Trapp vers le château du Berwartstein »

 
Mais qui était donc Hans Trapp ?
Le Hans Trapp, parfois appelé Rüpeltz, était couvert de peaux de bêtes. C’est l’authentique ancêtre du Père Noël. Son Histoire remonte à la fin du Moyen Age. Dans l’histoire locale, transmise essentiellement par les écrits des moines, il est ce chevalier-brigand qui, tout au long d’une guerre de 23 ans –jusqu’à sa mort en 1503 –, usa de tous les moyens possibles et inimaginables pour dépouiller l’abbaye de Wissembourg de ses biens. Tortures et morts d’hommes quotidiennes, destructions et ravages terrifiants, rien ne fera reculer cet homme qui, depuis son nid d’aigle du château de Berwartstein, multiplia ses coups de main sanguinaire sur Wissembourg, le nord de l’Alsace et le Palatinat.

 
La mémoire collective alsacienne en a gardé le souvenir d’un triste sire qui terrorisa cette région frontalière entre 1480 et 1503, au point de le faire revivre chaque soir de Noël sous les traits du « Hans Trapp » ou père Fouettard. Personne-clé du Noël alsacien, il a ainsi traversé les épreuves du temps pour personnifier l’ancêtre de tous les croquemitaines, et donner naissance au mythe du « Hans Trapp », symbole du mal qui, dans la tradition de Noël, se doit d’être accompagné du »Christkindel » symbole du bien. Chez nous en Alsace, c’est le personnage qui apporte les cadeaux la nuit de Noël aux enfants sages. Du temps de nos grands parents, Christkindel apportait des bredeles et des mandarines. Généralement, c’est une jeune fille habillée en blanc avec un voile accroché à ses cheveux, elle est coiffée d’une branche de sapin en forme de couronne et 4 bougies et un bâton avec une étoile.
 
Mais revenons à notre randonnée ;
117 personnes ont pris le départ sur la place de la foire de Wissembourg à 8h50. André Frison, notre sympathique guide, nous emmena au « Banc Napoléon », route de Weiler à la fin de l’agglomération de Wissembourg. Passage par le Holzweg – Poiny Croix blanche pour arriver au « Germanshof » (en Allemagne) où nous avons fait une pause « Pipi ». Nous reprenons notre chemin pour arriver au Löffels-kreuz. André nous raconta l’intéressante histoire du « Hans Trapp ». Hélas à partir de là une pluie froide s’est mise à tomber, sans pour autant nuire à la bonne ambiance du groupe. Encore un petit effort et nous voilà arrivés au parking entre Bobenthal et Niederschlettenbach où nous attendait un succulent vin chaud et le fameux « Weinachtestolle ». Après une pause de 20 minutes, il fallait repartir en direction du château de berwartstein où nous avons déjeuné dans la salle des chevaliers. Des spécialités du Palatinat figuraient au menu.
 
Le château de Berwartstein est le seul château-fort du Wasgau entièrement reconstruit et habité de nos jours.
La première mention du Berwartstein remonte à l’année 1152. Cette année-là, l’empereur Frédéric Barberousse 1er céda le château impérial à l’Evêque Georges de Spire. La famille s’étant livrée au brigandage, son château est totalement détruit en 1314 par des troupes de Strasbourg et de Haguenau. Après sa reconstruction, il passa en 1347 à l’Abbaye de Wissembourg, qui conféra au Prince Palatin Frédéric 1er le droit d’ouverture. Philippe, son neveu, céda le Berwartstein en 1480 à son maréchal Hans von Trott qui l’acheta en 1485 pour l’agrandir. Les Fleckenstein en héritèrent en 1545 et le gardèrent jusqu’en 1637. En 1591, le château fut entièrement détruit par la foudre.

 
L’empereur Ferdinand III céda ruines et territoires aux échansons de Waldenbourg qui administrèrent le fief jusqu’à la Révolution Française. Après avoir changé plusieurs fois de propriétaire la ruine revint à Théodore von Baginski appelé Hoffmann qui reconstruisit le Berwartstein dans les années 1893-1895.
Le château entièrement reconstruit donne un bon aperçu du système de fortification médiéval et de la vie dans un château semi troglodytique.

 
Après le repas, le retour à Wissembourg s’est fait en bus. Ce fut une belle randonnée bien organisée par l’office de tourisme de Wissembourg. Un grand merci à André Frison pour sa gentillesse et ses explications très intéressantes tout au long du parcours  


clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo clic pour agrandir la photo
clic pour agrandir la photo        

1 Tour d'artillerie  
2 Tour chapelle actuelle  
3 Casemates  
4 Passage partie haute  
5 salle des chevaliers  
6 Salle troglodytique  
7 Terrasse ouest  
8 Bâtiment surélevé  
9 Habitation  
10 Terrasse sud-ouest  
11 Tour d'artillerie  

DIAPORAMA
 

Très belle musique de MICHEL PEPE
artiste-compositeur
de musique de bien-être.

L'album ALCHIMIA D'AMORE
est un hymne à la Féerie et à l'Amour, inspiré par l'univers alchimique des grandes Traditions.
Une oeuvre musicale enchanteresse, alliant harmonieusement les instruments classiques et traditionnels, ainsi que les sons cristallins et de la Nature.

Clic sur l'album pour aller sur son site officiel