26°
Petite balade
3 heures
Petit
raidillon
4349 OT
Vescovato
Carte IGN
LA CHAPELLE DE SAN TAMASGIU
LES RUINES DU CASTELLU DI ROSTINU
EGLISE RUINEE DE STA MARIA DI RISCAMONE
Point de départ : Sur la D15 , à la sortie du village côté Bisinchi
Guide utilisé : A la découverte de la Corse pas à pas Alain Gauthier
P'tit crapahut Laurent Chabot
Points forts: Chapelles - Ruines d'un château et d'une église

Veuillez me laisser vos impressions
sur mon livre d'or

CLIC POUR VOIR LA SUITE DU SEJOUR
LES FAITS D'ETE DE
CORSE MATIN
CLIC POUR VOIR LE DIAPO AVEC LES PHOTOS
CLIC POUR VOIR LA PAGE INDEX CORSE 2011
Ca aussi c'est la Corse ! ! !
Pour notre petite balade de l'après- midi, nous partons rejoindre le Castellu di Rostinu par la D15.
A la sortie du village côté Bisinchi, il faut prendre vers le cimetière et la chapelle San Tumasgiu. Normalement pour visiter l'intérieur il faut chercher la clé à la mairie du village. On avait de la chance car la chapelle était ouverte. Les fresques sont magnifiques. D’après Joseph Orsolini « L’art de la fresque en Corse » de 1450-1520 édition PNCR 1990 La chapelle San Tumasgiu di Pastureccia, renferme « la plus belles fresque de l’île dont l’iconographie et le style se développe sur des niveaux esthétiques rarement atteints en Corse. Dans l’abside, un christ en majesté bénit le visiteur de sa main droite et porte sur ses genoux un livre qu’il tient ouvert de sa main gauche. Sur ce livre nous retrouvons en lettres gothiques l’éternel message divin : "EGO SUM LUX MUNDI ET VIA VERITAS… "
 


Descendre ensuite vers le piton rocheux sur lequel se trouvent les ruines du château de Rostinu .Le village tient son nom d’un château médiéval, aujourd’hui en ruines situé sur un éperon rocheux dominant la vallée du Golu et ancienne demeure des marquis de MASSA. Il s’étage de la vallée du Golu (100 m) au mont San’ Paulu (1100 m) et compte plusieurs hameaux : Ponte Novu, a Pughjola, Frassu, e Ghjalghe, Pianu supranu, Pianu suttanu, Barinciasche, un Gustalbiu et Pastureccia. Chacun des hameaux avaient, ou ont encore pour certains, son lavoir, son four, sa fontaine et sa chapelle.
 


Puis nous reprenons la voiture, pour se diriger vers Valle di Rostinu et les ruines de Santa Maria di Riscamone. Avant un virage en épingle, prendre une piste sur la droite. Panneau (chemin des ruines église Sainte Marie). Passer devant le centre équestre et continuer sur quelques mètres. Au niveau d'un arbre isolé, quitter la piste et prendre à droite en descente un sentier cairné qui mène droit à l'église et son baptistère monumental.

 


L'église Santa Maria di Riscamone, bâtie vers le Xe siècle et remaniée au XIIe siècle, a conservé une charmante abside semi-circulaire rythmée par des pilastres et une archaïque corniche à arcatures. Contre elle, une construction à abside comporte les vestiges d'une cuve baptismale paléochrétienne du Vie siècle. Il faut y voir l'ancêtre du grand baptistère d'époque romane, en partie bouleversé par un glissement de terrain, qui forme avec l'église un complexe unique en Corse. Le grand baptistère se présentait comme un octogone aux murs soigneusement appareillés en grandes dalles, surmonté en son centre par une fine tour de forme pyramidale qui n'est connue que par des dessins du XVIIIe siècle.
Il intégrait des éléments plus anciens, comme le rustique tympan d'Adam et Eve qui coiffait le linteau d'une de ses deux portes.