28°

5heures parcours et pique nique
Peu
4348 OT
Bastia
Panneaux
en bois
LE PARCOURS DE LA MEMOIRE
A RUTALI
Point de départ : A l'entrée du village de Rutali
Guide utilisé : Renseignements trouvés sur Wikipédia
Points forts: Pagliaghji - aghja - cimetière

Veuillez me laisser vos impressions
sur mon livre d'or

CLIC POUR VOIR LA SUITE DU SEJOUR
LE CONCERT I MUVRINI 2011
CLIC POUR VOIR LE DIAPO AVEC LES PHOTOS
CLIC POUR VOIR LA PAGE INDEX CORSE 2011
Ca aussi c'est la Costa verde ! ! !
Ce matin Soleil, grand ciel bleu pour notre journée découverte de l’activité agro-pastorale à Rutali.
A partir de Vanga di l’Oru suivre la N198 puis 193 direction Bastia.
Au rond point prendre la D82 direction d’Ortale et St Florent. Au premier col, tournez à gauche sur la D305 jusqu’à Rutali. A l’entrée du village tournez à gauche après deux fontaines, continuez sur 2–3 km, sur un chemin goudronné pour arriver devant une barrière. Garez votre véhicule à proximité. Franchir cette barrière, sans oublier de bien la refermer. Et c’est là que commence le parcours de la mémoire.

L’association « Opéra di Rutali » en créant ce parcours a voulu remercier en mémoire et conserver ce patrimoine. En ces lieux complètement réinvestis par la forêt et un maquis dense, trois années de travail ont été nécessaires pour faire ressurgir habitats en pierres sèches « Pagliaghji », aires de battage de blé « aghja », murs de soutènement ou de clôtures, bassins et canaux d’irrigation, niches de bergers, abris divers, épierrages « Maceghje », tous révélateurs d’un lieu de vie et d’une intense activité agro-pastorale dont l’origine se perd dans la nuit des temps et qui a perduré, au moins en partie, jusqu’au milieu du XXème siècle.
Il faut maintenant un peu d’imagination pour se représenter tout ce territoire couvert de cultures céréalières ou de jardins.

 
Activité agro-pastoral
Témoins d’une période d’intense activité agro-pastorale, « Pagliaghji » et « Aghja » (aire de battage du blé) jalonnent ce parcours à travers d’anciens jardins et terres à blé aujourd’hui réinvestis par le maquis.

Les « pagliaghji », construction en pierre sèche dont les remarquables fausses voûtes en encorbellement sont caractéristiques de la région du Nebbiu, sont d’un âge indéterminé mais sûrement très ancien. Leur fonction varie avec les époques et les saisons : abris pour les hommes ou pour le bétail, résidences temporaires, stockage des récoltes. Sur la commune de Rutali on en compte une centaine.

Les sept aires de battage du blé « aghja » que l’on rencontre sur ce parcours attestent d’une culture du blé omniprésente jusqu’au XIXème siècle et qui a perduré plus modestement jusqu’au début du XXème, priorité étant alors donné à l’élevage ovin-caprin.
L’aire du battage du blé, « l’aghja », parfois dallée de lauzes ou de schiste « teghhje » est délimitée par un cercle de grosses pierres plates dressées « i baroni ». Une grosse pierre ronde « u tribbiu » attachée au joug « a coppia » des bœufs, roule des heures durant sur les épis pour en assurer le foulage
« a tribbiera ».
Après le barrage intervient le vannage « a spulera » où le produit du foulage est jeté en l’air à l’aide d’une fourche en bois à trois dents « a palmula ». La brise du soir, et parfois de la nuit, se chargeant de séparer le grain de la paille
.

 
Sur le parcours on trouve également un aire de pique nique bien aménagé sous d’énormes châtaigniers avec des tables et des bancs. Tout autour on peut voir de magnifiques sculptures sur les arbres représentant des personnages de la vie pastorales.

On trouve également sur le parcours, au lieu-dit : « i pughjali » un petit cimetière où reposent six tirailleurs marocains. Les 28, 29 et 30 septembre 1941, des éléments du 1er bataillon du 1er régiment de Tirailleurs Marocains, les goumiers, guidés par des Rutalais et sous les ordres du commandant Soleilhavou prenent position en ce lieu-dit « i Pughjali » pour déloger les troupes allemandes en contrebas.
Les batailles simultanées des cols de Teghjime et de San Stefanu ont précédé la libération de la Corse le 4 octobre 1943 qui est dès lors le premier département français libéré.
Ces soldats venus du Maghreb ont combattu le fascisme et lutté pour la défense de nos libertés.

Toutes ces informations, je les ai trouvées sur les panneaux qui jalonnent le parcours.