SÉJOUR A LA TURBIE

 

LA TURBIE:

Situé sur la Côte d'Azur, le village médiéval de La Turbie, célèbre pour son monumentalTrophée d'Auguste , est perché au-dessus de la Principauté de Monaco, entre Nice et Menton.

Dans ce beau village au charme authentique, tout est réuni pour  séduire : les panoramas les plus célèbres de la Riviera Française, un patrimoine historique et architecturalriche et varié à visiter avec les nouvelles technologies , de nombreux sentiers de randonnée aménagés, des loisirs sportifs variés, et le Parc Naturel de la Grande Corniche .

Exemplaire unique par la taille et l’importance historique, le Trophée d'Auguste domine depuis 2000 ans la Méditerranée de façon majestueuse !

Il a été construit en -7, -6 avant Jésus-Christ, en l’honneur d’Octave Auguste. Cet Empereur Romain, fils adoptif de César, avait ramené sous la domination de Rome 45 tribus celto-ligures des Alpes qui refusaient de se soumettre.Malgré les nombreuses destructions dont il a été victime au cours des siècles, l’édifice rénové au début du 20ème siècle, impressionne encore par ses dimensions. A l’origine, celles-ci sont incroyables : le monument fait plus de 35 m de côté et la statue d’Auguste repose à 49 m du sol !. Ce monument unique dans tout l’Empire romain, a participé à l’héroïsation de l’Empereur Octave Auguste.

Mais, si le Trophée est bien entretenu durant la période romaine, il subit d’importantes destructions à la chute de l’Empire, perpétrées entre autres par les envahisseurs barbares. Ayant, ainsi perdu de sa splendeur passée, le Trophée est transformé en forteresse à partir du Moyen-âge.

La forteresse est minée le 4 mai 1705, par ordre de Louis XIV : les restes du Trophée sont pratiquement détruits. Le site devient alors une véritable carrière à ciel ouvert. Les pierres serviront, en autre, à la construction de notre église Saint-Michel.

Le monument est classé Monument Historique en 1865. Mais ce n’est qu’au début 20ème siècle, que débutent les fouilles qui permettent de dégager l’œuvre, sous l’impulsion de Philippe Casimir. L’aide financière de l’Américain Edward Tuck et les études de l’architecte Jules Formigé permettront les travaux qui donnent au monument son aspect actuel.

Renseignements trouvés sur le site
http://www.ville-la-turbie.fr/index.php?id=9420

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

1er jour - Les crêtes de Tanneron:

Tanneron est un des 9 villages perchés du Pays de Fayence. La commune se situe à la limite des alpes maritimes. Ce massif se caractérise par une succession de collines à la végétation dense; la route d'accès, taillée dans les genêts, se faufile entre les chênes-lièges sur l'Adret (versant ensoleillé), les châtaigniers sur l'Ubac
( versant à l'ombre) la bruyère, les pins et les mimosas sauvages.

C'est au XIX siècle que les mimosas, importés d'Australie, connurent un essor extraordinaire. Depuis, ils couvrent , de janvier à mars, les collines d'un épais manteau doré.

De leur côté, les "mimosistes" locaux font fleurir le mimosa dans les forceries (25°C, taux d'humidité à 80%), et expédient dès janvier janvier dans la France entière leurs bouquets odorants qui annoncent le printemps.
Ils est commercialisé sous plusieurs formes ;
- en feuillage
- en fleurs coupées
- en produit de base pour la parfumerie de Grasse
- en cosmétologie
- en restauration.

De nombreuses famille vivent de cette culture. Celle-ci génère également de nombreux emplois. L'activité devient très importante de décembre à mars. Durant cette période, de nombreuses professions en bénéficient : le commerce, l'artisanat, et bien sûr, l'agriculture.

Grâce au mimosa, la commune de Tanneron reste toujours belle et Attrayante.
Le point de vue sur Grasse, St Vallier de Thiey et les sommets de l'Estérel sont magnifiques.
(Panneau d'affichage)

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

2ème jour - Notre Dame des Fontaines - La Brigue:

Petite randonnée du jour; La Brigue - Chapelle notre Dame des Fontaines
C'est une boucle empruntant le chemin d'interprétation de Notre Dame des Fontaines. Depuis la place de l'église, remonter le long de la Levenza, torrent riche en truites fario, jusqu'à l'oratoire de l'annonciade (1818).
Emprunter ensuite le chemin St Jean qui mène au Pont du Coq. le Pont du Coq traverse la Levenza. D’origine médiévale, ce pont piétonnier a été emporté par les eaux de la rivière au début du XVIIIe siècle et reconstruit en 1710 par les Cometto, maçons originaires de Lugano. Il est du type des “ponts rompus” formant un coude avant d’enjamber la rivière. L’ouvrage est en moellons jointoyés et la chaussée encadrée d’un double parapet a conservé son sol caladé.

La randonnée continue, avec une belle vue sur les sommets enneigés, à travers bois et prés jusqu'au four à chaux. L'emplacement traditionnel des fours à chaux était à proximité des cours d'eau, des bois et des pierres.

Sur l'autre rive, on aperçoit l'ancien moulin de la Brigue; c'est le vieux moulin de Cianessa Il constitue un exemplaire intéressant d'ancien moulin à eau. On y moulait le blé à la fin de l'été. La forte fréquentation de ce moulin au temps de sa pleine activité en faisait un lieu de rencontre très animé entre les habitants du village. En arrière-plan, on aperçoit le mont Saccarel enneigé (2200m).

Le sentier un peu verglacé, traverse ensuite une zone forestière, la forêt du Pinet, peuplement de sapins pectinés, de pins sylvestre et de nombreuse essences de feuillus comme le châtaigniers, l'alisier blanc ou le cytise. Le terme de la randonnée est atteint aux résurgences (sources) karstiques qui ont donné le nom de Notre Dame des Fontaines qui  a été construite au XIIe siècle et agrandie au XVe siècle pour accueillir les peintures de l'artiste italien Giovanni Canavesio. Ces fresques qui retracent la passion du Christ, la vie de la vierge et l'enfance de Jésus, sont très bien conservées. Près de la chapelle, un abri et une aire de pique-nique nous ont permis de nous reposer au bord d'une eau limpide dans un endroit tout blanc baigné de quiétude. Le retour peut se faire par la route, la vallée étant sans issue le trafic n'est pas important.
 

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

3ème jour - Le château de Roquebrune:

Temps un peu couvert pour notre sortie visite du château de Roquebrune: Le château de Roquebrune-Cap-Martin appelé aussi château Grimaldi est une fortification médiévale édifiée, à la fin du Xe siècle, parconrad Ier, comte de Vintimille, pour empêcher les Sarrasins de s'établir à nouveau dans la région.
Il est situé sur la partie sommitale de la commune deRoquebrune-Cap-Martin dans lesAlpes Maritimes.

Histoire:
Après être passé au pouvoir descomtes de Provence et de larépublique de Gênes, il appartient pendant plusieurs siècles aux Grimaldi qui remanient les constructions et introduisent l'artillerie dans la défense. À l'origine, le château était une forteresse réunissant dans une même enceinte, percée de six portes fortifiées, le donjon et le village. Au XVe siècle, ledonjon prend la dénomination de château et le reste de la forteresse devient le village qui, jusqu'aujourd'hui, conserve intact son caractère médiéval : ruelles étroites couvertes de voûtes romanes, vieilles maisons dont les murs moussus sont encore garnis delierre et depariétaires.

L’ancien donjon :
Il est le plus vieux de France. Construit sur un rocher de poudingue tertiaire, il domine de 26 mètres sur la façade opposée. Les murailles qui ont de deux à quatre mètres offrent à la vue tous les éléments de défense : embrasures de canon, mâchicoulis, meurtrières, créneaux, archières, etc. Au premier étage, à la salle des Cérémonies féodales dont le plafond est incendié, en dernier lieu, en 1747 . Remarquer : l'emplacement du trône seigneurial, celui d'un cachot muré, au centre, une citerne de forme cubique ; la fenêtre à meneau, du XVe siècle. En contrebas se trouve le magasin aux vivres, creusé dans le roc. Le quatrième étage représente la plate-forme supérieure d'artillerie, offrant un panorama circulaire sur les toitures pittoresques du village, la mer, le cap Martin, la principauté de Monaco, le mont Agel .
Il est inscrit aux monuments historiques par arrêté du 28 février 1927.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Roquebrune-Cap-Martin

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

Le jardin Biovès à Menton:

La commune de Menton , comprend de nombreux parcs et jardins. La plupart se trouvent à l’est de la ville protégée par les falaises dites des Balzi Rossi . Les visites guidées de ses jardins se réservent au Service du Patrimoine. Chaque année depuis 1934, le jardin biovès accueil l’exposition de sculptures d’agrumes durant
la Fête du Citron .
la 83e Fête du Citron s’ancre sur les rives de la Méditerranée. Après avoir achevé un tour du monde en 80 jours, plongé 20 000 lieues sous les mers et être revenue de ses tribulations en Chine, la fête tourne la page des Voyages extraordinaires de Jules Verne pour ouvrir les portes de Cinecittà. Elle explore, non sans nostalgie, les archives des mythiques studios de cinéma romains. Elle met sous le feu des projecteurs les longs métrages transalpins qui ont traversé les frontières, marqué toute une génération de cinéphiles, et qui sont devenus au fil du temps des films cultes.

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

Repas moléculaire;

Le soir nous avons découvert la cuisine moléculaire dans le restaurant Aphrodite à Nice. Le menu "R"évolution devient "R" ésurection ! cuisine techno émotionnelle. Une expérience, un voyage en 11 actes vers des contées gastronomiques inexplorées Azote liquide - Sphérification - Elmusification - Déconstructivisme Trompe l'oeil - Textures et Températures. Vous trouverez plus de renseignements sur le restaurant sur le site
http://restaurant-aphrodite.com/aphrodite/revolution/revolution.htm

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

4ème jour - Le château de Ste Agnès:

Belvédère juché au flanc d’un éperon rocheux, les vestiges du château-fort médiéval dominent Sainte-Agnès du haut de leurs 800 mètres : la vue sur la baie de Menton et la mer Méditerranée offre un fantastique panorama.

Sentinelle inégalable, ce nid d’aigle a été la source de bien des rivalités au cours de son histoire. Les fouilles entreprises par le Service Régional de l’Archéologie (SRA) et par les bénévoles de l’association « Les Peintres du Soleil » permettent de réhabiliter le château et de mieux en appréhender la réalité historique.
La tour et les assises du château remontent à la fin du Xe siècle. On trouve les premiers écrits qui relatent la présence de la forteresse aux alentours de 1180. Possession du Comte de Vintimille Guido Guerra, il fut ensuite céder au Comte de Provence. A la suite de cette vente, de la fin du XIIIème siècle jusqu’au XIVème siècle, on entra dans un cycle de conflits continus avec les Génois. En 1388, Sainte-Agnès et tout le pays de Nice se rallieront à Amédée VII, comte de Savoie. Pendant cinq siècles, le village et le château resteront la propriété de la Maison de Savoie qui en assurera la prospérité avant d’être rendus à la Sardaigne en 1748. Toutefois, en 1691, Sainte-Agnès ayant soutenu l’insurrection d’une bourgade voisine, le château fut partiellement dévasté sur ordre de Louis XIV. Bien que très endommagé, le fort tint sa place dans la guerre de Succession d’Autriche de 1744 à 1749. De 1793 à 1814, le Comté de Nice est annexé par les troupes révolutionnaires. À la chute de Napoléon, Sainte-Agnès devient possession du royaume de Piémont-Sardaigne avant d’être rattaché à la France par référendum en 1860.
http://www.sainteagnes.fr/chateau-jardin/

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

Castellar:

Le village est particulièrement pittoresque, avec ses maisons à tourelles, ses ruelles étroites parsemées de fontaines, ses escaliers, ses voûtes... L’ancienne place fortifiée garde les vestiges de l’ancien palais seigneurial des Lascaris-Vintimille (en cours de restauration). Niché sur un piton, le village de Castellar offre un point de vue imprenable. Fief de la famille de Lascaris-Vintimille, qui compte au fil des siècles plusieurs personnages illustres, la cite médiévale a connu les multiples soubresauts de l'histoire, de guerres en tremblement de terre en passant par un procès en sorcellerie !
http://www.tourisme-menton.fr/Castellar.html.

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

5ème jour - Balade au Cap d'Ail :

Le Cap-D'ail possède des plages réputées pour leur naturel, ainsi qu'un sentier littoral, que borde une végétation méditerranéenne typique. Le relief escarpé, caractéristique du bassin versant monégasque fait plonger la commune depuis les pentes verticales de laTête de Chien jusqu'aux criques sauvages des plages de la Mala.
La commune est traversée par la RD 6098 (basse corniche) et la RD 6007 (anciennementRN7 - dite « moyenne corniche » dénommée avenue Prince-Rainier-III-de-Monaco) sur sa périphérie septentrionale. En bord de mer, le sentier littoral est un ancien parcours réaménagé de 3 600 m rejoignant les plages Mala et Marquet en passant par la pointe des Douaniers. Principale arrivée de marchands d'ail en 1848, Cap-d’Ail qui s’appelait avant son érection La Turbie-sur-Mer, était la façade maritime de la commune de La Turbie avant de s’en détacher en 1908 (érection de la commune le 30 décembre 1908), quatre ans après la commune deBeausoleil.

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

6ème jour - Villefranche-sur-Mer:

Villefranche-sur-Mer est située sur laCôte d'Azur, entre Nice et Monaco, au bord de la mer Méditerranée.
Séparée de Nice dont elle est limitrophe par le mont Boron, le mont Alban et le mont Vinaigrier et distante d’environ 10 km de Monaco, la ville s’étale en gradin sur les flancs de la rade de Villefranche, un des mouillages naturels les plus profonds de laMéditerranée occidentale.
La rade de Villefranche offre un mouillage sûr à l’abri des vents d’est et accueille de nombreux navires de croisières. Avec une profondeur moyenne de 17 m, elle atteint 95 m à son entrée et se prolonge au large à environ un mille par le canyon de Villefranche, un abysse de plus de 500 m au large de la baie des Anges.
La citadelle Saint-Elme est un monument historique du XVIe siècle s’enserrant dans un ensemble architectural militaire plus large incluant le Fort du mont Alban, la tour Saint-Hospice deSaint Jean Cap Ferrat et la batterie de Beaulieu sur Mer. Ce dispositif constituait un ensemble défensif autour du port royal de la Darse, , le port militaire et commercial des États de Savoie.

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama

7ème jour - Île Saint Honorat:

L'île Saint-Honorat est l'une des troisi îles de Lérins situées dans la baie de Cannes, dans le département des Alpes Maritimes en région Provence Alpes Côte d'Azur. Sans compter l'îlot de la Tradeliere.
Elle est la plus éloignée de la côte et plus petite que Sainte Marguerite, mais plus grande que Saint Ferréol. Longue de 1 500 m, large de 400 m, elle est séparée de l'île Sainte Marguerite par un étroit chenal dit : « plateau du Milieu ». Elle est boisée de pins maritimes et de superbes pins parasols.
L'île Saint-Honorat a une vocation monastique depuis 410  : on y trouve lemonastère de Lérins. Son ancien monastère fortifié, situé dans la presqu'île dans le sud de l'île et visible de loin, domine directement la mer.

Monastère fortifié de l'abbaye de Lérins
Élevée en1073 sur une pointe avancée de la côte sud par Adel'Dert, abbé de Lérins, pour protéger les moines des pirates sarrasins. Du XVe siècle jusqu'en 1788, sous le régime de la commende, les religieux y vécurent d'une façon permanente et y subirent de nombreuses attaques.

Abbaye de Lérins
Les constructions du XIXe siècle encadrent les anciens bâtiments. Dans le jardin du cloître sont groupés des fragments lapidaires romains et chrétiens retrouvés dans l'île. Le vieux cloître, dont les murs datent en partie du VIIe siècle, et les voûtes en berceau du Xe siècle, est un des plus anciens de ce genre en Occident

Fours à boulets
Deux fours à rougir les boulets, construits en 1794 sur l'ordre de Napoléon Bonaparte, occupent les extrémités est et ouest de l'île.Deux fours similaires se trouvent aux extrémités de l'Île Sainte Marguerite et formaient les fours à boulets des îles de Lérins. Ils permettaient de chauffer en dix minutes des boulets de canon à plus de 1 000 degrés Celsius. Ainsi en cas d'impact sur un navire ils occasionnaient un incendie.
Les deux fours à boulets de l'île Saint-Honorat sont classés monuments historiques depuis 1908.

Le vignoble
les moines ont développé et exploitent un vignoble de 8 hectares qui produit 12 000 bouteilles de liqueur et 35 000 bouteilles d'un vin d'exception vendu à de nombreux restaurants français étoilés, à l'Hôtel Matignon, au Palais de l'Élyssée,à l'Assemblée Nationale, mais aussi exporté en Europe et aux États-Unis, grâce au site Web de l'Abbaye.

 
Clique sur la photo pour voir le diaporama